Lyon (France) - Échantillonnage à plusieurs niveaux pour déterminer le risque de migration des contaminants BTEX

Referentie Lyon

Highlights

  • Évaluation des risques sur une ancienne friche industrielle
  • La différentiation verticale des flux permet de d'établir la dynamique réelle de la contamination
  • L'effet de la zone source active domine sur celui de la perméabilité

Situation

Contamination par les BTEX

Source : Industrie pétrolière

Partenaire : Ineris

Localisation: Lyon, France

Suite aux activités d'une compagnie pétrolière, le sol de cette friche a été contaminé par les BTEX. L'Ineris, une institution semi-privée française qui étudie les risques industriels, a prélevé des échantillons d'eau souterraine pour mesurer la contamination. Ce projet est situé dans les environs de Lyon, à proximité de la Saône. Il était donc important de comprendre le risque de migration de la contamination vers ce fleuve.

Échantillonnage

La superficie du site était d'environ 2 hectares. Cinq échantillonneurs passifs avec des cartouches de flux d'eau et de masse contaminante ont été installés à plusieurs profondeurs dans un piézomètre à long filtre (de 8 à 16 m-ns). Vu les vitesses élevées attendues mais les concentrations relativement faibles, les échantillonneurs ont été installés pour une période de 20 jours pour le flux d'eau et de 112 jours pour le flux de masse. Les profondeurs auxquelles ils ont été placés se situaient entre 11 et 15,3 mètres de profondeur. Les cartouches de flux de masse ont été analysées pour les BTEX (Benzène, Toluène, Ethylbenzène et Xylène).

iflux-measurement

"Les données iFLUX combinées aux mesures traditionnelles ont donné de nouvelles perspectives sur le risque de migration des BTEX sur ce site de Brownfield."

Ineris-Lyon

Challenges

Comment évaluer la dynamique de la contamination :

  • Stratification du flux de contamination ?
  • Stratification de la vitesse d'écoulement ?
  • Risque de dispersion de la contamination vers la Saône ?

Solutions

iFLUX montre comment la contamination se déplace dans le sol :

  • Des mesures de flux à différentes profondeurs dans un même piézomètre permettent d'évaluer la stratification de la dynamique de la contamination
  • La mesure combinée de la dynamique des eaux souterraines et de la contamination permet de mieux comprendre si et comment la contamination se dissémine
  • Les flux de masse indiquent un risque de dispersion potentiel vers la Saône

Résultats

Ineris-map
bg-mountain-lake - Copy

Les résultats des analyses précédentes des eaux souterraines ont montré des concentrations relativement faibles en BTEX. Cela était probablement dû à la dilution dans les piézomètres à long filtre. Ces résultats ne reflètent que les concentrations moyennes pondérées par la contribution de chaque horizon de sol faisant face au filtre à la concentration totale dans le piézomètre. D'après les résultats des mesures du flux Darcy, il apparaît que la vitesse maximale a été trouvée à la profondeur de 11,16m-ns et était de 81cm³/cm²/jour. En contraste, les résultats des mesures de flux de masse indiquent que les flux les plus élevés ont été détectés à 14,16 m-ns pour tous les polluants mesurés.

Comme le montre la stratification des flux de masse dans le graphique, l'hypothèse selon laquelle la plus grande propagation des polluants se produit dans les couches les plus perméables n'est pas correcte. Dans ce cas, les échantillonneurs iFLUX ont permis de détecter et d'identifier une zone source active située en profondeur.

Des flux de masse relativement élevés ont été mesurés à faible profondeur par rapport aux deux mesures sous-jacentes. Cela indique également la présence d'une source résiduelle mais toujours active à faible profondeur.

En combinant les données d'échantillonnage conventionnelles avec les résultats des mesures de flux, des interprétations alternatives concernant la dynamique et la stratification de la pollution ont été rendues possibles. Sur la base de ces données, le modèle des eaux souterraines, utilisé pour évaluer les risques de propagation de la pollution vers la Saône, a pu être ajusté. Les flux de masse mesurés ont indiqué un risque potentiel de dispersion vers la rivière.